À Charles Spon, le 12 mars 1658

Note [32]

« par la vanité naturelle à ce peuple » ; Tacite, Histoires (livre v, chapitre xxiii) : {a}

Spatium velut æquoris electum quo Mosæ fluminis os amnem Rhenum Oceano adfundit. Causa instruendæ classis super insitam genti vanitatem ut eo terrore commeatus Gallia adventantes interciperentur.

[Il {a} choisit le lieu où, spacieuse comme une mer, la Meuse reçoit les eaux du Rhin et les verse dans l’Océan. {b} Le but de cet armement, outre la vanité naturelle à ce peuple, était de fermer le passage aux convois qui nous viendraient de la Gaule].


  1. Chef batave.

  2. Soit la Hollande, mais la géographie moderne tient la Meuse pour un affluent du Rhin, qui partage son delta.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 12 mars 1658, note 32.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0519&cln=32
(Consulté le 05.02.2023)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.