À André Falconet, le 4 mars 1659

Note [1]

Pour dire : aller gagner leur vie en mendiant ou en volant sur la grand-route très fréquentée qui allait de Paris à Saint-Denis (v. note [27], lettre 166).

Abel Servien avait partagé la surintendance des finances avec Nicolas Fouquet. Sa mort, le 16 février, mettait en jeu l’avenir de cette charge. Conseillé par Colbert et par Hervart, contrôleur général des finances, Mazarin voulut d’abord en dessaisir Fouquet pour se l’approprier lui-même, avec Hervart et Colbert pour exécutants placés sous son contrôle. Fouquet sut habilement critiquer le projet en montrant au cardinal qu’il serait fatalement obligé de puiser dans ses propres finances pour soutenir le Trésor défaillant. L’avarice du ministre l’emporta et il installa Fouquet comme unique surintendant le 19 février (Dessert b, pages 112-113, et Petitfils c, pages 238-240).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à André Falconet, le 4 mars 1659, note 1.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0556&cln=1
(Consulté le 08.12.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.