À André Falconet, le 27 février 1660

Note [14]

« Si quelqu’un de sa vieille connaissance lui criait “ Ha frère Jean [des Entommeures] mon ami, frère Jean je me rends. — Il t’est (disait-il) bien force ; mais ensemble tu rendras l’âme à tous les diables. ” Et soudain lui donnait dronos [des coups]. Et si personne tant fut esprins de témérité qu’il lui voulût résister en face, là montrait-il la force de ses muscles. Car il leur transperçait la poitrine par le médiastin [partie médiane des viscères thoraciques] et par le cœur. […] Croyez que c’était le plus horrible spectacle qu’on vît oncques [jamais] » (Rabelais, Gargantua, xxvii, Comment un moine de Seuillé sauva le clos de l’abbaye du sac des ennemis, v. note [101], lettre 166).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à André Falconet, le 27 février 1660, note 14.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0593&cln=14
(Consulté le 27.10.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.