À André Falconet, le 16 mars 1666

Note [3]

Blancs-Manteaux est le nom qu’on donna initialement, pour la couleur de leur robe, aux servites ou serviteurs de la Sainte Vierge. Cet ordre de moines mendiants fondé en Italie au xiiie s. s’installa à Paris, et Louis ix leur donna en 1258 une maison située dans le ive  arrondissement et qui porte toujours leur nom. L’église du couvent (aujourd’hui Notre-Dame) des Blancs-Manteaux a été rebâtie à la fin du xviie s. On a conservé ce nom aux différents religieux qui ont occupé la maison qu’avaient les servites à Paris, même si depuis la fin du xiiie s., elle a appartenu à des moines qui ont des manteaux noirs : en 1298 elle fut donnée aux guillemites, qui la cédèrent en 1618 aux bénédictins de Cluny qui l’ont cédée à leur tour aux bénédictins de Saint-Maur qui l’occupaient alors.

V. note [4], lettre 868, pour ce que François Blondel préparait contre l’antimoine.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à André Falconet, le 16 mars 1666, note 3.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0860&cln=3
(Consulté le 22.01.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.