À André Falconet, le 15 juillet 1667

Note [9]

Guy-Armand de Gramont comte de Guiche, fils du maréchal, n’en avait pas fini avec les déboires que lui valait la « lettre espagnole » de son ami de Vardes (v. note [10], lettre 816). Envoyé en exil, il allait recevoir le pardon royal sous condition de rendre sa charge de colonel des gardes françaises. Rentré en France en 1671, il se signala par son extrême bravoure au passage du Rhin (22 juin 1672), mais la suite de la campagne fut moins heureuse pour lui : il mourut l’année suivante, du chagrin que lui causa une bataille perdue.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 15 juillet 1667, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0916&cln=9

(Consulté le 26/02/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.