À Johann Daniel Horst, le 8 mars 1658

Note [47]

« ce suc de calmar ne doit pas affecter les hommes de bien » ; Horace (Satires, livre i vers 100‑105) :

Hic nigræ succus lolliginis, hæc est
ærugo mera ; quod vitium procul afore chartis,
atque animo prius, ut siquid promittere de me
possum aliud vere, promitto liberius si
dixero quid, si forte iocosius, hoc mihi iuris
cum venia dabis
.

[Ceci est du noir suc de calmar, une rouille pure. C’est un vice qui sera toujours écarté de mes écrits et de mon esprit ; je le promets, si je puis promettre quelque chose qui dépende de moi. Si je parle trop librement, si parfois je plaisante outre mesure, il faut m’en donner le droit, me le pardonner].


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Johann Daniel Horst, le 8 mars 1658, note 47.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1131&cln=47
(Consulté le 18.09.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.