À Johann Wilhelm Mannagetta, le 6 décembre 1662

Note [7]

Pour rendre la syntaxe intelligible, j’ai remplacé diuturnitatæ (qui ne correspond à aucune forme latine attestée) par diuturnitate (ablatif de diuturnitas) dans la phrase manuscrite : quorum editionem hactenus hactenus impetrare non potui à nostris hominibus, quorum opes bellorum diuturnitatæ valde sunt attritæ, peneque exhaustæ.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Johann Wilhelm Mannagetta, le 6 décembre 1662, note 7.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1256&cln=7
(Consulté le 26.01.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.