À Sebastian Scheffer, le 6 mars 1665

Note [5]

L’italique est en français dans le manuscrit.

J’ai maintenu {en les mettant entre accolades} la souscription et la date que Guy Patin a barrées, décidant de ne pas arrêter là sa lettre ; sans doute était-ce pour éviter que sa morosité à propos du miroir et des portraits gravés ne mécontente Sebastian Scheffer, l’ami qui représentait son dernier espoir de faire publier ses très chers manuscrits hofmanniens. Son ton, on va le voir, allait beaucoup s’emmieller.

V. lettre latine 337, pour les nouvelles que Patin avait écrites à Scheffer le 29 janvier 1665.

V. note [7], lettre 814, pour le témoignage d’Olivier Lefèvre d’Ormesson sur la houleuse négociation qui eut lieu entre le roi et le cardinal de Retz au sujet de l’ambassade extraordinaire à Rome qu’on voulait lui confier. Retz accepta à la fin et arriva dans la Ville éternelle le 14 juin 1665 : « Tout le monde ignorait ce qu’il devait y faire. Même lui » (Bertière, La Vie du cardinal de Retz, page 502).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Sebastian Scheffer, le 6 mars 1665, note 5.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1377&cln=5
(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.