Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit

Note [35]

La toute première édition de la Satire Ménippée, de la vertu du Catholicon d’Espagne a paru en 1593. {a} Ce « petit homme » apparaissant sur un tableau accroché à l’entrée du Louvre lors des états de la Ligue, {b} y est dépeint à la pages 292‑294 : {c}

« À la suite de ce tableau, y en avait un autre de non moindre artifice et plaisir, {d} où était peint un petit homme, mêlé de blanc et rouge, {e} habillé à l’espagnole, et néanmoins portant la chère {f} française, qui avait deux noms ; {g} à son côté droit, avait une écritoire {h} pendue, et au gauche, une épée qui tenait au bout, dont le pommeau était couronné d’un chapeau de fleurs, comme les pucelles qu’on enterre. {i} Sa contenance {j} était double et son chapeau doublé, et sa gibecière {k} quadruplée ; et dessus sa tête, du côté d’entre le soleil du midi et le couchant, {l} pleuvait une petite pluie d’or, qui lui faisait trahir son maître ; et avait en sa main une couronne de papier {m} qu’il présentait à une jeune dame muette et basanée, laquelle semblait accepter in solidum, {n} avec un petit mari de beurre fondu au soleil. {o} Je ne pouvais comprendre que voulait dire la figure, sinon par l’inscription que j’y vis au-dessous, en ces mots :

vendidit hic auro patriam,
dominumque potentem imposuit
. {p}

Et au-dessus d’icelui tableau, y avait cet autre vers :

eheu ! ne tibi sit privata injuria tanti, {q}

qui me fit douter que c’était une des personnes de la Trinité, encore qu’il eût quitté le Saint-Esprit. » {r}


  1. V. note [18], lettre 310.

  2. V. supra notule {a}, note [10].

  3. Reproduction fidèle (Paris, 1882) de la première édition, avec les commentaires de Charles Marcilly [C.M.].

  4. « Ce tableau a été supprimé dans la troisième édition de 1594, et remplacé par un autre » (note de C.M.).

  5. « Les couleurs de France et d’Espagne » (note de C.M.).

  6. La mine : le mot chère « vient de l’italien cera, ou ciera, on prononce chera, qui signifie visage, aussi bien que cara en espagnol, parce que les plus grands témoignages d’amitié paraissent sur le visage » (Furetière).

  7. Dès les premières éditions, tous les annotateurs ont identifié ce double nom à celui de (Nicolas i) de Neufvile de Vileroy qui devint un grand personnage d’État après la Ligue, et plus élevé encore après la mort de Henri iv (v. note [5] du Borboniana 8 manuscrit).

  8. Attribut symbolique du secrétaire d’État qu’était alors Villeroy.

  9. Plutarque, 3e livre des Propos de table, question première, S’il est bon de porter sur la tête des chapeaux de fleurs à la table (traduction de Jacques Amyot) :

    « Et Ammonius se moqua un peu de nous qui, au lieu de chapeaux de laurier, en mettions de roses sur nos têtes, parce que, disait-il, les chapeaux de fleurs sont plus propres aux filles, et conviennent mieux aux pucelles et aux jeunes femmes, que non pas aux assemblées des philosophes et des hommes de lettres. »

  10. Posture.

  11. « Bourse large qu’on mettait au devant du ventre » (Furetière).

  12. Du côté de l’Espagne et de l’Amérique.

  13. C’est-à-dire factice.

  14. Solidairement.

  15. L’infante Isabelle d’Espagne, fille du roi Philippe ii, était alors âgée de 27 ans, sans être encore mariée (v. notule {b}, note [23] du Grotiana 2) ; elle avait des prétentions à la couronne de France ; Charles de Lorraine, duc de Guise, et Charles-Emmanuel de Savoie-Nemours ambitionnaient de l’épouser.

  16. « Cet homme a vendu la patrie pour de l’or, et lui a imposé un puissant maître. »

  17. « Puisse, hélas, si grande insulte t’avoir été épargnée ! »

  18. « Villeroy avait été chargé, conjointement avec le Chancelier de Chiverny, de dresser les statuts de l’Ordre du Saint-Esprit [v. note [17], lettre 63]. Henri iii l’en fit grand trésorier le 30 décembre 1578. Il paraît que, du temps où il était ligueur, il avait quitté les insignes de l’Ordre » (note de C.M.).

    V. notule {d}, note [36] du Borboniana 9 manuscrit, pour la Trinité que formait le triumvirat des chefs ligueurs.



Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit, note 35.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8211&cln=35
(Consulté le 20.08.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.