De Charles Spon, le 15 janvier 1658

Note [19]

Pedro Miguel de Heredia (Tolède vers 1590-Madrid 1657) était professeur de l’Université d’Alcala de Henares (c’est-à-dire de Madrid) et médecin de Philippe iv, roi d’Espagne.

Charles Spon citait deux de ses traités qu’on trouve respectivement dans les tomes ii et i des Cl. viri Petri Michaelis De Heredia, Complutensis primarii, et decani ; atque Philippi iv Hispaniarum Catholici regis archiatri, Operum medicinalium tomus i‑iv… Editio altera perquam accurate recognita, ac emendata cura et diligentia D. Petri Barea de Astorga, regii medici [Quatre tomes des œuvres médicales de Pedro Miguel de Heredia, homme très illustre, premier professeur et doyen d’Alcala de Henares, et archiatre de Philippe iv, roi catholique des Espagnes,… Seconde édition, entièrement revue et corrigée par les soins et la diligence de Pedro Barea de Astorga, médecin du roi] : iIn quo iuxta Hippocratis, Galeni et Avicennæ mentem perfecte et absolute tractatur de febribus tam in genere quam in specie, de earumque essentia, differentiis, causis, signis, præsagiis et curationibus ; necnon de coctione et putredine [Où, conformément à l’esprit d’Hippocrate, de Galien et d’Avicenne, on traite parfaitement et absolument des fièvres, tant en général qu’en particulier, de leur essence, leurs différences, leurs causes, leurs signes, leur pronostic et leurs traitements ; ainsi que de la coction et de la putréfaction] ; iiQuo continentur historiæ epidemicæ, sur commentaria in Hippocratem de morbis popularibus, [Qui contient les histoires épidémiques, en plus de commentaires sur le traité d’Hippocrate des Maladies populaires] ; iiiIn quo complete tractatur de morbis acutis totius corporis humani. Adiiciuntur in fine de somnio et vigilia nec non de natura deliriii et eius causis tractatus [Où il est complètement traité des maladies aiguës de tout le corps humain. S’y ajoutent à la fin des traités sur le sommeil et la veille, ainsi que sur la nature du délire et sur ses causes] ; iv. In duos libros partitus, quorum primus affectuum particularium tractatus aliquot perlustrat, alter de morbis mulierum et utero-gerentium accurate disserit [Divisé en deux livres, dont le premier examine quelques traités des maladies particulières, et le second disserte avec précision sur les maladies des femmes et des grossesses] (Lyon, Philippe et Pierre Borde en association avec Arnaud Laurent et Guillaume Barbier, 1665, 4 tomes en 2 volumes in‑fo).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 15 janvier 1658, note 19.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9031&cln=19
(Consulté le 02.04.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.