Épitaphe
Éloge en prose ou en vers, parfois satirique, sans aucun dessein de le mettre sur le tombeau (Furetière). Au xviie s., épitaphe était indifféremment des deux genres (Littré DLF) ; Guy Patin employait volontiers le masculin.