Ordonnances, once, gros, drachme, grain
Les lettres de Guy Patin, en particulier celles qu’il envoyait à son ancien élève Hugues de Salins, contiennent des ordonnances (ou formules). Elles étaient écrites, à l’intention de l’apothicaire, en latin abrégé, et hermétiques pour le commun des mortels.

La prescription commençait par un symbole formé d’un R dont le jambage droit était barré (℞) ou d’un 2 barré (Ꝝ), signifiant Recipe (Prenez, en latin). Les deux unités principales de poids étaient :

  • l’once (12e partie de la livre, soit environ 32 grammes) était marquée par un symbole ressemblant à un chiffre 3 surmonté d’un z (℥), le tout formant, dans l’écriture de Patin, une sorte de ksi grec minuscule (ξ) ;

  • le gros (drachme ou dragme, 8e partie de l’once, soit environ 4 grammes) était marqué par un symbole ressemblant à un chiffre 3 (ʒ ou ℈), le tout formant, dans l’écriture de Patin, une sorte de dzéta grec minuscule (ζ). La drachme contenait trois scrupules ou 60 grains.
Le nombre d’unités pondérales à mettre dans la préparation s’écrivait en chiffres romains minuscules suivis d’un point : j. pour 1, ij. pour 2, iij. pour 3, iiij. ou iv. pour 4, v. pour 5, etc. La demi-unité se marquait par un symbole identique au double s (s dur) allemand : ß.