Cabale, cabaliste, cabalistique, cabaler
La cabale (ou Kabbale) est proprement une science secrète que les Hébreux prétendent avoir par tradition et révélation divine, par laquelle ils expliquent tous les mystères de la Divinité et toutes les opérations de la nature ; ce qui consiste la plupart du temps en des rapports mystérieux qu’ils font des choses aux lettres de l’alphabet hébraïque. On y voit beaucoup d’esprit et de subtilité, mais bien de la vanité et de la superstition. Figurément, c’est, ordinairement en mauvaise part, une société de personnes qui sont dans la même confidence et dans les mêmes intérêts. On le dit aussi des conspirations et des entreprises secrètes, des desseins qui se forment dans cette société. On appelle cabalistes ceux qui font de petites brigues pour s’établir en réputation par le moyen de leurs amis. Monter une cabale, c’est cabaler (Furetière). Les subtilités cabalistiques sont de pures visions et superstitions (Trévoux).

Créée au xiie s., la Kabbale (mot hébreu qui signifie Tradition) est, après la gnose, l’un des fondements des sciences occultes. « Les kabbalistes se flattaient de transmettre à travers les siècles l’enseignement secret de Moïse, c’est-à-dire tout ce qu’il n’avait pas voulu divulguer dans le Pentateuque des révélations reçues de Dieu sur le mont Sinaï, préférant confier oralement les notions les plus importantes à soixante-dix vieillards d’Israël, afin qu’ils les apprennent à des initiés, et ainsi de suite, de génération en génération » (Alexandrian).