L. 133.  >
À Claude II Belin,
le 12 mars 1646

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Ne vous incommodez ni ne vous pressez de rien pour moi touchant l’argent de Monsieur votre fils. [2] Le livre de M. Rivière [3] est sur la presse, mais c’est un malheureux livre, il n’y a point de doctrine ni observation qui vaille jusqu’à présent. Tout ce que j’y ai vu jusqu’à cette heure est charlatanesque, empirique ou arabesque. [4][5][6] Son dessein est de quitter Montpellier, [7] lieu malsain pour lui, et d’aller demeurer à Grenoble où il voudrait bien faire fonder une chaire. [1] Je suis en peine quand Monsieur votre fils [8] reviendra, [2] il me semble qu’il y a longtemps qu’il est à Montpellier, prenez garde qu’il n’y perde son temps ; cela y est commun à la plupart des écoliers, et delà et deçà aussi. Néanmoins, s’il était ici, il pourrait y voir tous les jours quelques malades ; au moins, avertissez-le bien qu’il ne s’y débauche point, s’il ne fait mieux. Il a couru ici un bruit que M. de Saumaise [9] est mort en Hollande ; mais ce qui nous fait croire que le bruit en est faux, c’est que personne n’en a ici reçu des lettres et que la nouvelle en vient de Lyon. J’attends tous les jours son livre que mon frère [10] me doit envoyer ; je ne manquerai point de vous l’envoyer tôt après. [3] Ne vous mettez pas en peine des harangues de M. d’Aligre, [11][12] je les verrai de deçà. [4] Enfin, on a donné un gouverneur au roi, qui est M. le marquis de Villeroy, [13] gouverneur de Lyon et petit-fils de feu M. de Villeroy, [14] secrétaire d’État[5] C’est celui duquel le fils [15] âgé de 18 ans mourut ici l’an passé entre les mains de M. Vautier [16] et de votre M. Le Fèvre, [17] duquel on ne parle plus ici. Est-il à Troyes ? [18] qu’y fait-il ? La petite vérole [19] de l’hôtel de Villeroy a été plus fine et plus forte que tous ses secrets. Un capucin [20] fait ici imprimer un Tertullien [21][22] avec force commentaires. On dit qu’il en veut fort à M. Rigault. [23] J’ai bien envie de voir cela, il sera en trois volumes in‑fo et nous n’aurons le premier tome que dans six mois. [6] On imprime ici un livre du cardinal de Richelieu [24] intitulé Du Devoir du chrétien ; je pense que les parents de ce [tyran] prétendent faire croire à la postérité que cet [auteur] était quelque grand homme de bien. [7] Le général des jacobins [25] a traité avec des libraires de Lyon pour réimprimer toutes les œuvres d’Albert le Grand. [26] On dit qu’il y aura en cet œuvre 24 volumes, le premier desquels est sur la presse. [8] Le Clergé, qui est encore ici assemblé, [27] a ordonné qu’on réimprimerait de nouveau Petrus Aurelius ; [28] ce qu’on a fait et sera achevé dans huit jours. [9] On m’a dit qu’il n’y aurait rien de nouveau en cette dernière édition, sinon un éloge du propre auteur qui y serait mis par M. Godeau, [29] évêque de Grasse. [10][30][31] Un jésuite de Bourges, nommé le P. Labbe [32] (je ne dis pas Labbé, [33] qui est à Lyon), fait ici imprimer une Géographie royale in‑fo qui sera belle, il n’y aura qu’environ 50 feuilles d’impression. [11] On apprête vers le Languedoc une armée navale, laquelle sera conduite par le duc de Brézé, [34] mais on ne sait point pour quel lieu elle est destinée ; les uns disent que c’est pour Majorque, d’autres pour Taragone, etc. [12] Je vous baise les mains, à Mme Belin, à Messieurs vos frères, et à MM. Camusat et Allen, et suis de toute mon affection, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Patin.

De Paris, ce 12e de mars 1646.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 mars 1646

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0133

(Consulté le 17.09.2019)