L. 675.  >
À Claude II Belin,
le 2 mars 1661

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

J’apprends par la dernière que M. Barat [2] m’a fait l’honneur de m’écrire, que votre mal est augmenté, dont je suis bien fâché. Au nom de Dieu, pensez à vous et prévenez l’apoplexie [3] qui vous menace par la saignée, [4] laquelle est le plus sûr remède. Si votre sang vient une fois à s’échauffer, il gagnera le cerveau par un transport et l’étouffera si vous ne vous servez de ce puissant remède contre la pléthore, [5] laquelle trompe les plus fins. Pensez-y donc et faites à ma prière quelque chose pour votre santé, afin que nous puissions encore une fois nous revoir avant que de mourir. Je sens bien que je vieillis aussi et approche de 60 ans ; mais néanmoins, j’espère avec l’aide de Dieu de vivre encore quelques années et de voir quelque agréable changement en nos affaires avant que je prenne congé de la compagnie. Tout au pis aller, ce sera quand il plaira à Dieu. [1][6]

Vous savez bien que l’on voit une comète [7] vers le septentrion, en forme de croissant. On dit qu’elle a deux cornichons, [2] qui signifient le pape et le Mazarin, [8][9] qui tous deux se meurent d’hydropisie. [10] De illo certum est[3] M. le premier président [11] me l’a dit lui-même ; aussi me l’a-t-on mandé de Lyon, son hydropisie est confirmée. Pour le Mazarin, il languit ex utroque hydrope, nempe thoracico et hepatico[4] il est asthmatique, [12] orthopnoïque, [13] il a des étouffements la nuit, de sorte qu’il faut ouvrir les fenêtres pour le faire respirer de peur qu’il n’étouffe. Il est enflé, bouffi, exténué, décoloré. Bref, il n’est plus tantôt ce Mazarin si rougeaud et qui était si bel homme. Ses nuits sont fort mauvaises et ne dort guère que par le moyen des petits grains d’opium. [14] Jugez si c’est pour aller bien loin.

Il a fait son testament, que le roi [15] a signé, et a fait présent aux deux reines [16][17] de plusieurs beaux diamants de grand prix et a remis au roi 14 millions qu’il lui devait. Tout cela ne vient pas de son patrimoine. Il a marié sa nièce Hortense [18][19] avec M. le grand-maître de l’Artillerie, [20] fils de M. le maréchal de La Meilleraye, [21] et lui a tant fait d’avantages que cela surpasse tous les mariages des reines qui ont été mariées jusqu’à présent.

On a achevé en Hollande tout fraîchement Astrologia Gallica Io. Morini, regii mathematicarum artium Professoris[5][22] ce sont deux petits volumes in‑fo. J’ai connu cet auteur, il était fou, fantasque, présomptueux, brûlé ; [6] l’on m’a dit qu’il se plaint là-dedans des médecins qui ne veulent point se servir de la chimie [23] et qui méprisent l’astrologie [24] judiciaire : jugez par là si cet homme était sage ou raisonnable. Je me garderai bien d’acheter ce livre, je n’ai point de place céans pour de si mauvaise marchandise. L’on imprime en Hollande toutes les Lettres du cardinal de Retz[25] les Mémoires de M. de La Rochefoucauld [26] touchant nos dernières guerres de 1649 et 1652, les Mémoires politiques et historiques du P. Joseph, capucin[27][28] secrétaire du cardinal de Richelieu, l’Histoire dudit cardinal faite par M. Aubery [29][30] en trois tomes in‑4o, laquelle on vend ici, in‑fo en trois tomes, 50 livres. On vend à Lyon en quatre tomes in‑12o une Histoire de France latine faite par le P. de Bussières, [31] jésuite. J’attends toujours de Genève Theses Sedanenses de MM. de Tournes, [32] comme aussi, de Strasbourg, la Nouvelle méthode particulière de M. Sebizius. [33] On a réimprimé à Nuremberg [34] toutes les œuvres de Greg. Horstius [35] ramassées ensemble in‑fo. Le livre est bon sed requirit peritum lectorem, ut distinguat bonum a malo, verum a falso[7] La grande Bible des Critiques, toute latine, [36] est achevée en Angleterre en neuf volumes, avec les commentaires des plus savants réformés et même de quelques catholiques. Pauli Zacchiæ Quæstiones medico-legales [37] en deux tomes in‑fo, dont le second est tout nouveau, ne sont pas encore en vente à Lyon, il n’en reste pourtant que les premières feuilles à achever ; on les veut dédier au pape, c’est peut-être sa maladie qui l’empêche. [8] Quand le Mazarin sera mort, on mettra sur la presse toutes les œuvres de M. de Balzac [38] en deux tomes in‑fo, où l’on mettra sa vie et les augmentations de l’Aristippe qui en ont été retranchées à cause de la fortune prédominante dudit Mazarin. [9]

M. le duc de Brissac [39] est ici mort depuis trois jours, âgé de 49 ans, tout hectique, [40] d’un grand ulcère qu’il avait dans le rein. [10][41]

Le roi d’Angleterre [42] fait fortifier Dunkerque. [43] L’on dit qu’il épousera la princesse de Portugal, [44] cela nuira au roi d’Espagne. [45]

On avait parlé de remettre le mariage de Mme Hortense à dimanche prochain et néanmoins, il se fait aujourd’hui, d’où l’on tire conjecture que le Mazarin est plus mal et qu’il y aurait à craindre ne quid humanitus ei contingeret [11] si l’affaire était remise plus longtemps.

Je vous prie de dire à M. Barat que je suis son très humble serviteur et que je le prie de m’excuser si je ne lui écris. Vous lui direz aussi que les chirurgiens [46] et apothicaires [47] n’interrogent ici qu’en français et qu’ils n’osent autrement, et que s’ils l’entreprenaient, on les ferait taire. Cela est en usage parmi nous, même quand ils demandent quelque chose de philosophie, c’est assez pour eux de savoir ce qui regarde l’opération. La plupart de ces gens-là sont des laquais bottés [48] qui n’ont nul fondement de science, mais beaucoup d’impudence, tant les uns que les autres. Pour contenir les apothicaires dans le devoir, il faut leur faire peur du séné [49] et du Médecin charitable[50] comme l’on épouvante les enfants avec un masque.

Le cardinal Mazarin n’a point pris d’émétique, ils n’ont osé lui en donner de peur de scandaliser leur marchandise vénéneuse. [12][51] Il n’y a ici que quelques charlatans effrontés et affamés qui se vantent d’en donner, mais ils n’en prennent jamais. Guénault, [52] qui en est le chef, en donne peu s’il n’est bien payé. Totam isto veneno cruentavit et funestavit familiam suam : [13] son neveu, [53] sa femme, [54] sa fille, [55] son gendre Guérin [56] per hanc viam ad plures penetrarunt[14] Pour lui, il n’en prend jamais, il ne se purge [57] qu’avec du séné dans un bouillon, il dit seulement que l’antimoine est bon pourvu qu’il soit bien préparé et bien donné à temps. Ad populum phaleras ! ego te intus et in cute novi, medicamentorum novitas commendat agyrtum[15][58] Dites à M. Barat que je lui promets une Légende d’antimoniaux[16][59][60] mais il faut que je la cherche. Maintenant, je suis pressé car il faut que je recommence mes leçons la semaine prochaine à Cambrai[61][62] Avez-vous eu des nouvelles de votre Rabelais ? [63] On n’en parle point ici, je pense qu’il n’y en a point de fait et que ce ne sont que des promesses des Elsevier. [17][64] Je me recommande à vos bonnes grâces et suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Guy Patin.

De Paris, ce mercredi 2d de mars 1661.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 2 mars 1661

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0675

(Consulté le 19.08.2019)