L. 708.  >
À André Falconet,
le 15 juillet 1661

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je ne vous écris point sans joie, par laquelle il me semble que je m’entretiens avec vous et que je vous vois d’ici, bien qu’il y ait grande distance entre nous deux ; mais pourtant, j’ai toujours quelque petit regret de n’avoir point quelque bonne nouvelle à vous mander. On dit ici que les Bretons veulent se racheter afin que le roi [2] n’aille point en Bretagne. En ce cas-là, il irait en Provence pour y faire trouver de l’argent. Notre roi en a tant, mais il ne manque pas de sangsues qui lui disent qu’il en faut encore avoir davantage. Le président Miron [3] m’a dit aujourd’hui que c’est un roman tout ce qu’on a dit de la vente de la charge de procureur général, mais bien que l’on a remis en bonne intelligence les deux frères, savoir l’abbé Fouquet [4] avec le surintendant son frère ; [5] et néanmoins, il croit que M. le surintendant se défera de sa charge de procureur général et qu’il y en a qui la marchandent. Il ne faut plus que de l’argent pour être grand, la vertu n’y sert plus de rien. Si Fortuna volet, fies de rhetore consul. O Fortuna, quantos tibi ludos facis in vita mortalium ! [1][6][7] Guénault, [8] qui est un homme qui aime l’argent comme un courtier de change, dit souvent que bienheureux sont ceux dont les pères sont damnés pour avoir laissé du bien à leurs enfants, qu’il voudrait bien avoir été de ceux-là. Dieu soit loué, je ne suis point de cet avis : je ne voudrais point être plus grand seigneur que je suis, je n’ai point envie de m’enrichir aux dépens de personne, je ne demande à Dieu que sa sainte grâce, mentem sanam in corpore sano ; quod sis, esse velis nihilque malis, summum nec metuas diem, nec optes[2][9][10] Mes père [11] et mère [12] étaient de bonnes gens qui se retirèrent à la campagne pour éviter la malice de Paris, où ils ont vécu ex avito fundulo [3] jusqu’à la mort. [13][14][15]

Il faut que je vous fasse part d’une pensée que je trouve fort plaisante : M. de Vendôme [16] a dit que notre bon roi est semblable à un jeune médecin qui a beaucoup d’ardeur pour sa profession, mais qui fait bien des qui pro quo. [17] Je sais des gens qui le voient de près, qui m’ont assuré qu’il a de très bonnes intentions et que, dès qu’il sera plus maître qu’il n’est, il en persuadera tout le monde. Amen. Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

Le 15e de juillet 1661.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 15 juillet 1661

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0708

(Consulté le 17.10.2019)