L. 990.  >
À Hugues de Salins,
le 12 juillet 1670

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Pour répondre à la vôtre du 3e de ce mois, qu’un fort honnête homme de vos parents m’a rendue, je vous dirai que je n’ai point reçu aucune de vos lettres que je n’y aie fait réponse. Nous sommes ici, et toute notre famille, en affliction pour la mort de feu R.P. mon fils aîné, [2] qui penetravit ad plures 1. Iunii, ex corruptela substantiæ pulmonis[1] après avoir été sept mois au lit. Immodicis brevis est ætas et rara senectus[2][3] Si ce pauvre garçon eût eu le pouvoir sur son esprit de ne pas aller si vite, de se donner plus de repos et avoir moins d’avarice, potuisset sibi in plures annos vitam prorogare[3] À cela près, je me porte, Dieu merci, assez bien, mais je suis en un âge qui nous oblige de penser à la mort et à cette Parque [4] inexorable quæ nemini parcit[4] Pour mes leçons publiques au Collège royal[5][6] je réponds sur-le-champ aux questions qui me sont proposées par mes auditeurs, nec me labor iste fatigat[5] cela ne me coûte rien. On n’imprime ici rien de nouveau quoniam in ferventissima tempestate supra modum frigent nostri lucriones[6] Nous n’avons ici rien de bon que la Pratique de Houllier [7] in‑fo avec les Commentaires de L. Duret, [8] Valet [9] et Jean Haultin, [10] Io. Cichotii Opusculorum medic. editionem tertiam in‑8o [11] et un in‑12o intitulé Pharos medicorum[12] qui sont des lieux communs tirés ex operibus Gul. Ballonii[13] Ces trois livres sont très bons, et dignissimi qui legantur[7] Je n’ai rien fait imprimer faute de loisir, Carmina secessum scribentis et otia quærunt[8][14][15] André Du Laurens [16] avait en sa maison un Allemand qui travaillait pour lui, et Théodore Marcile, [17] professeur du roi, a revu la latinité et poli tout l’ouvrage. Dans le traité de Crisibus [9] il y a quelque chose de bon, mais il y a de méchants chapitres où il n’y a pas de sens. Le Virgile de Valens Pimpontius [18] est bon, il a été conseiller au Parlement à Paris. [10][19] M. Tarin [20] mourut trois jours après la feu reine mère, [21] il était dans une démence sénile [22] et avait tout oublié. C’est peu de chose qu’un homme, eheu nos miseros, quam totus homuncio nil est ! [11][23] Mme la duchesse d’Orléans [24][25] est morte ex morbo, non ex veneno. Vale.

Tuus ex animo, Guido Patin.

12. Iulii,1670[12]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 12 juillet 1670

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0990

(Consulté le 19.10.2019)