L. 1026.  >
À Johann Caspar I Bauhin,
le 17 octobre 1650

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

La présente est pour vous assurer de mon très humble service, et vous prier de m’excuser si je ne vous ai fait réponse à celle que me fîtes l’honneur de m’écrire le 13e de juin dernier. Ce n’a point été faute de bonne volonté, ni par gloire, ni par vanité, mais seulement faute de loisir, comme Monsieur votre fils [2] peut bien vous en rendre certain et fidèle témoignage. Il me fait l’honneur de me venir voir quelquefois et prends grand contentement de l’entretien, tant je le trouve sage et discret. Il sait déjà beaucoup et est si curieux d’apprendre que je ne saurais manquer de vous assurer qu’il sera bientôt un des plus savants hommes de l’Europe s’il continue comme je sais qu’il fera, si ejus indolem bene novi ; [1] mais encore faut-il y mettre quelque petit ordre, modum aliquem adhiberet necesse est[2] Il est fort studieux et fort capable pour son âge ; il m’emprunte divers livres qui sont tout bons, et reconnais bien par son entretien qu’il en profite. Je l’ai exhorté d’y aller tout doucement, et habeat honorem corpori suo, ex præcepto Paulino[3][3] Je vous prie de l’en avertir et surtout, qu’il dorme hardiment huit heures pour le moins ; ce qui lui restera de la journée lui suffira pour son fait, vu principalement qu’il est sage et qu’il sait bien employer son temps. Nous n’avons rien de nouveau de deçà que je vous puisse mander, hormis la guerre, qui n’y est pas nouvelle ; non plus que tous les malheurs qu’elle y attire. Il ne s’imprime ici aucun livre de médecine, mais seulement des romans, et Monachalia quædam[4][4] Je ne m’attends point d’y voir de changement si Dieu ne nous donne la paix, laquelle est fort désirée de tous les gens de bien, mais que nous ne devons, avec apparence, espérer qu’après la majorité du roi, qui ne peut être que dans un an. [5][5] Interea vero justi multi patientur[6] Nous avons ici nouvelles que le grand M. de Saumaise est arrivé en Suède, où il a été reçu avec de grands honneurs par la reine, quæ viros eruditos magnifacit[7][6][7] Je vous supplie de me conserver en vos bonnes grâces et de croire que je serai toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Patin.

De Paris, ce 17e d’octobre 1650.

Je vous prie de présenter mes très humbles baisemains à M. Platter, [8] votre collègue, mon ancien ami, et à M. Chenaure le marchand. [8][9]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Caspar I Bauhin, le 17 octobre 1650

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1026

(Consulté le 19.10.2019)