L. 1030.  >
À Johann Caspar I Bauhin,
le 29 avril 1669

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous remercie de celle que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire par deux jeunes hommes de votre ville. Je me tiens heureux d’être en votre souvenir. Nous n’avons ici rien de nouveau que de la misère, mais ce n’est qu’en continuant : il n’y a rien ici à bon marché que du pain ; tout est fort cher à Paris et l’argent y est fort rare, callidissimi Alchymistæ [1][2] ont passé par ici et y ont fait leur main ; præsertim duo Purpurati, qui totam Galliam infeliciter et crudeliter expilarunt, cum pulvisculo Romano[2][3][4] Les libraires y sont pauvres et fort tristes, et n’entreprennent aucun grand livre ; on n’y imprime que des petits romans utriusque sexus[3] j’entends des comédies, des satires, etc. Le temps a fort changé notre Faculté, plures abierunt in locum communem[4][5] il en est venu d’autres qui ne valent pas mieux ; il n’y en a plus que six me ipso antiquiores[5] et l’an 1627, j’étais le dernier reçu : tantum ævi mutare valet longinqua vetustas[6][6] Je prie Dieu qu’il vous conserve, et tous ceux qui vous appartiennent. Je vous supplie de me permettre que je salue ici Messieurs vos confrères, et entre autres MM. Burcard, Glaser, etc. [7][7][8] Le secours que le roi envoie contre les Turcs en Candie est en train de marcher : utinam feliciter illis succedat tantum facinus, et ipsum hostem sævissimum repellant in eas terras unde malum pedem olim attulerit in Europam[8][9] On ne parle plus de livres de médecine, ni d’aucuns autres, on ne cherche plus que de l’argent : Virtus post nummos[9][10] la belle vertu de la France aujourd’hui est la Dame Philargyrie, tant bien jadis personnifiée par l’apôtre saint Paul. [10][11] Sed me pudet tot ineptiarum, quæ sunt deliria morientis sæculi. Vale, vive, Vir Cl. et me ama. Scriptum Parisiis, 29. Aprilis, 1669.

Tuus ex animo, Guido Patin[11]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Caspar I Bauhin, le 29 avril 1669

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1030

(Consulté le 24.10.2019)