L. latine 412.  >
À Johann Theodor Schenck,
le 6 novembre 1666

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 210 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johann Theodor Schenck, docteur en médecine à Iéna.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Quel bonheur ! J’ai reçu avec immense joie votre très agréable lettre et vous en remercie de tout cœur ; tout comme pour ces deux volumes reliés que vous avez envoyés à Francfort, il y a un an, à M. Scheffer. [2] Voilà quelques années, il fut un de mes auditeurs [3] et depuis lors, il est resté mon ami et mon évergétès ; [1] je suis pourtant étonné qu’il ne m’ait rien écrit à leur propos depuis tant de temps ; j’en viens même à douter qu’il les ait reçus, puisque je n’en ai jamais entendu parler. Je voudrais donc que vous lui écriviez pour lui demander de me les faire parvenir en empruntant la voie sûre qu’il connaît, c’est-à-dire M. Du Clos, médecin de Metz. [4] Vous n’avez aucune raison de vous soucier pour votre dépense, car j’ai de quoi vous rembourser et je satisfais toujours mes créanciers. J’écrirai donc à M. Scheffer afin que, sur votre requête, il règle la somme que vous aurez indiquée pour ces deux livres ; de mon côté, je la lui ferai rembourser par des marchands parisiens qui, tout au long de l’année, envoient chaque semaine quelqu’un à Francfort. Ces deux volumes que vous m’avez destinés me font vraiment monter l’eau à la bouche et je souhaite déjà les avoir en mains : je pourrai y découvrir et apprendre bien des choses que je n’ai jamais vues ni encore pu savoir de personne. [2] Leur attente ne cessera de m’inquiéter et de me tourmenter, elle ne me laissera pas dormir en paix tant que je ne les aurai pas en mains, comme il m’est maintes fois arrivé depuis 40 ans que j’établis ma bibliothèque, qui est aujourd’hui très riche et pourvue des meilleurs ouvrages. [5] J’ai ici les Epistolæ de Thomas Reinesius ; [6] il s’agit d’un excellent livre, et je connais parfaitement et de longue date la singulière érudition d’un si éminent auteur. [3] Je souhaite pouvoir lui être ici utile en quelque façon. Je me suis soigneusement procuré tout ce qu’il a écrit car je le vénère comme une grande étoile de brillante clarté dans le firmament littéraire. Saluez-le s’il vous plaît de ma part, ainsi que votre doyen, M. Werner Rolfinck, remarquable et très distingué vieillard. [7] Tous deux furent jadis amis d’un homme illustre, le regretté Caspar Hofmann, qui fut un soleil parmi les savants dont l’omniscience a fait briller votre Allemagne ; il m’a aussi jadis compté au nombre de ses amis, ce que je puis facilement prouver, tant par les nombreuses lettres qu’il m’a écrites, que par les deux livres qu’il a bien voulu me dédier. [4][8][9] Nul n’estime ici l’opiat de l’Orviétan [10][11] et je pense qu’il ne peut en rien contribuer à guérir la dysenterie. [12] C’est un médicament extrêmement chaud ; un charlatan italien, [13] un imposteur qui va débitant quantité de sornettes au petit peuple, comme à d’autres qui veulent être dupés, a coutume [Ms BIU Santé 2007, fo 211 ro | LAT | IMG] de le vendre sur le Pont-Neuf [14] aux jours de fête. Cette composition ne diffère guère de celle qu’on appelle communément dans les officines la thériaque diatessaron. [15] Ce vaurien s’était gagné grand renom en prétendant qu’elle était le plus puissant antidote contre tous les poisons (nos Français disent un puissant et grand contrepoison) ; [5] mais cette réputation n’a été que de brève durée : son succès et son crédit n’ont pas été à la hauteur de ses promesses verbeuses, emphatiques et démesurées. Il en a pourtant longtemps imposé à la populace ignorante et sotte, mais il ne trompe aujourd’hui plus personne. La dysenterie est à proprement parler une fièvre des intestins, comme la goutte [16] est une fièvre des articulations. [6][17] De nombreuses parties sont affectées dans la dysenterie : foie, intestins, pancréas et mésentère, dont l’intempérie instille une sérosité qui irrite les intestins, ce qui provoque des douleurs coliques très aiguës. [18] Dans un tel mal, notre principal remède est la phlébotomie, [19] souvent itérative, aux deux bras, en proportion de la pléthore, [20] de la fièvre, de la douleur et des autres symptômes, en ménageant les forces du malade ; mais cette affection se termine très fréquemment par une gangrène [21] de l’intestin ou par une défaillance du foie avec dégoût mortel des aliments. Quand la violence de la maladie a été réduite, ou du moins contenue, par la phlébotomie et par les lavements nombreux, [22] rafraîchissants et détergents, on recourt aux purgatifs [23] doux comme la casse, [24] le séné, [25] la rhubarbe, [26] la confection universelle, [27] le sirop de chicorée mélangé avec de la rhubarbe, [28] etc. Nous nous passons ainsi facilement du laudanum des chimistes, [29] de l’opium, [30] de l’opiat de l’Orviétan, et d’autres poisons tous exactement semblables. L’essentiel est que cette purge soit toujours généreuse. J’ai ici le traité grec d’Oribase, [31] c’est-à-dire les Collectanea anatomica ex Galeno, in‑8o, 1556, que je vous enverrai si vous le voulez. [7] Si d’autres livres se présentent, je vous les achèterai et vous les enverrai ; ne vous inquiétez pas du prix, je souhaite vous les offrir tous. Je voudrais savoir si on ne vend pas chez vous quelque ouvrage contre la thériaque, car je médite une thèse publique pour la vilipender et pour dénoncer les multiples abus qui en découlent. [8][32][33] Mais je reviens aux dépenses que vous avez faites en ma faveur pour acheter des livres : M. Volckamer, [34] par qui vous recevrez ma présente, vous les remboursera, et j’aurai soin de lui faire rendre l’argent par M. Nicolas Picques, le marchand parisien. [35] En attendant, voyez et indiquez-moi ce que vous désirez venant de notre France, ou du moins de notre bienfaisante ville de Paris. Portez-vous bien, très distingué Monsieur, et continuez de m’aimer comme vous faites.

De Paris, le 6e de novembre 1666.

Vôtre de tout cœur, G.P.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Theodor Schenck, le 6 novembre 1666

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1446

(Consulté le 14.10.2019)