L. latine 445.  >
À Sebastian Scheffer,
le 14 décembre 1667

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 221 vo | LAT | IMG]

Au même. [a][1]

Je vous écris de nouveau sans aucune nécessité, comme je fis dernièrement, le 16e de novembre. [1] Je vous envoie néanmoins ce mot car je dispose d’un commis qui s’en va dans votre pays. Je salue tous vos libraires, que sont les excellents Schönwetter, [2] Götze [3] et Beyer, [4] ainsi que MM. les deux Horst [5][6] et Lotich. [7] Vos livres ne m’ont toujours pas été restitués, par l’effronterie et l’obstination d’un fripon sans aloi. [2][8][9] Je vous demande donc encore que plus rien ne me soit envoyé, sauf à risquer une fâcheuse perte. Je vous joins une lettre de l’épouse de M. Mocquillon, [10] que je salue. Portez-vous bien et aimez-moi.

De Paris, ce 14e de décembre 1667.

Vôtre de tout cœur, G.P.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 14 décembre 1667

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1477

(Consulté le 28.02.2021)