Autres écrits
Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 21

Codes couleur
Citer cet écrit
Imprimer cet écrit
Imprimer cet écrit avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 257 ro | LAT | IMG]

Homme souffrant de fièvre composée
[consultation,1653] [a][1]

Très distingué Monsieur,

Après avoir soigneusement lu ce que vous nous avez écrit sur ce très noble malade, nos conseils se résument à penser que l’état de ce fort honnête homme s’est grandement aggravé car, à la chaleur des viscères, principalement nutritifs, et κακοπαθιαν, [1] se sont ajoutés : une fièvre dont le genre n’est pas univoque ; d’abord continue et assez impétueuse, [2] puis double tierce, [3] elle est enfin devenue quarte lente ; [4] alors, seulement, sont apparus de très funestes symptômes qui manifestent à la fois une intempérie hautement consolidée des susdites parties, et un vice remarquable du sang et de toutes les humeurs. En vérité, si nous ne sommes pas mauvais augures et si vous n’y prenez pas assidûment garde, il faut sérieusement redouter une hydropisie [5] qui attaquera le malade petit à petit et insensiblement, et qui, à la fin, épuisera ses forces. S’il en est ainsi, il faut prendre soin de le purger, dès que possible et très souvent ; à quoi conviendront bien les remèdes plutôt doux : [6] séné [7] avec un peu de moelle de casse [8] et, en quantités égales, rhubarbe, [9] sirop de roses pâles [10] et de fleur de pêcher ; [11] l’électuaire de citron, [12] à la dose de 2 drachmes, conviendra aussi parfaitement. Le malade devra se purger de cette façon deux fois chaque semaine, tantôt avec les sirops composés prônés ci-dessus, tantôt avec l’électuaire de citron, tantôt avec de la manne de Calabre [13] à la dose d’une once et demie ou de deux onces. Pour que la force de ces médicaments purgatifs pénètre et se développe plus rapidement et convenablement, on les diluera dans une tisane préparée à partir de racine de pissenlit, [14] d’aigremoine, [15] de fraisier, [2][16] de chiendent, [17] d’érynge [18] avec de la réglisse [19] en quantités égales.

Ensuite, il faudra tempérer les humeurs par la phlébotomie, [20] à moins qu’une fièvre plus violente, des douleurs, des insomnies perpétuelles ou une soif inextinguible n’aient poussé à y recourir plus tôt ; mais encore faudra-t-il alors, la pratiquer avec grande parcimonie.

Si on prescrit des apozèmes, [21] ils seront plutôt destinés à éteindre la dyscrasie des viscères qu’à détourner vigoureusement les humeurs séreuses.

Nous faisons si peu de cas des fortifiants que nous ne les prescrivons pas du tout. [22]

Le régime alimentaire [23] sera liquide pour sa plus grande partie ; et si des mets solides sont proposés, ce sera en très petite quantité, faute de quoi ils augmenteront la faiblesse de l’estomac.

Quand le malade aura été souvent purgé, il ne sera pas mal à propos d’employer les eaux minérales, [24] en alternance et avec les précautions que les médecins expérimentés ont coutume de mettre en œuvre pour les administrer.

Quand vous aurez recouru à tout cela et constaté que l’issue en a été heureuse, le malade pourra enfin commencer à boire du lait : nous entendons du lait d’ânesse, [25] [Ms BIU Santé 2007, fo 257 vo | LAT | IMG] en excluant celui de vache, [26] que nous tenons pour mauvais ; les purgatifs doux, à répéter régulièrement, devront pourtant précéder et accompagner la prise du lait.

Par ces moyens, nous sommes confiants que votre patient retrouvera enfin sa santé première ou du moins se trouvera fort soulagé, à l’essentielle condition qu’il se soumette docilement à vos conseils.

De Paris, le 12e de février 1653.

Riolan [27]    Guy Patin [28]    P. Courtois, doyen de la Faculté. [3][29]

> Retour au sommaire des 21 consultations et mémorandums


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits. Consultations et mémorandums (ms BIU Santé 2007) : 21

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8151

(Consulté le 15.11.2019)