Autres écrits
Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : ix  >

Codes couleur
Citer cet écrit
Imprimer cet écrit
Imprimer cet écrit avec ses notes

 

Des apozèmes et juleps [a][1][2][3]

Il n’y a rien de si commun et de si inutile en la médecine que les apozèmes et les juleps. [1] Un malheureux malade a bien de la peine à supporter son mal et, encore plus, à prendre deux ou trois bouillons [4] par jour pour soutenir ses forces, sans que l’on le surcharge de toutes ces drogues, qui ne sont qu’une décoction de chicorée, [5] d’oseille, [6] laitue, [7] pourpier, [8] buglose, [9] bourrache [10] et autres herbes dulcorées et aromatisées, car ce sont les mots, [2] avec du sucre [11] et de la cannelle, [12] dans laquelle on dissout une once de sirop de pommes,  [3][13] ou de verjus, [14] ou de limon, [15] ou violat. [16] Jugez si les mêmes herbes dans un bouillon ne se prennent pas plus aisément et n’ont pas plus de vertu, s’insinuant mieux dans les veines, ne donnant aucun dégoût au malade ; mais, me dira quelqu’un, il y en a de plusieurs sortes. Les uns servent à déboucher : dans le bouillon susdit, mettez-y le poids d’un ou de deux écus de séné ; [4][17] cela débouchera plus que toutes les racines et toutes les herbes apéritives [18] que l’on se saurait imaginer. Les autres servent à préparer les humeurs : la seule et vraie préparation des humeurs consiste à éteindre le feu de la fièvre ; ce qui se fait par la saignée [19] et par un bon régime de vivre, [20] humectant et rafraîchissant ; cela étant fait, on peut purger en toute assurance. [21]

Pour ce qui regarde les juleps, ils sont faits des eaux distillées des mêmes herbes : l’on les tire en été pour s’en servir en hiver, dans lequel temps elles sont toutes corrompues et gâtées. Il vaut donc mieux un verre d’eau pure, ou de limonade, ou d’orangeade, [22] ou bien d’eau d’orge, [23] dans laquelle on dissoudra du sirop de verjus ou de citron, nouveau fait, ou de grenade, [24] selon le goût du malade ; si bien qu’il se trouvera que toute sa boisson sera tout autant d’apozèmes et de juleps. Que l’on retranche donc de la médecine toutes ces drogues superflues qui ne servent de rien qu’à dégoûter les malades, puisque je vous présente des remèdes plus certains, plus faciles et à meilleur prix, et desquels un malade sera incontinent guéri.

> Retour au sommaire des 11 observations


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits. Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : IX

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8162

(Consulté le 23.11.2020)