L. latine reçue 16.  >
De Reiner von Neuhaus,
le 4 juillet 1662

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Neuhaus, Centuria vi, Epistola xxi, page 31 | LAT | IMG]

Au très illustre M. Guy Patin, premier des médecins et professeur royal. À Paris.

Illustre Monsieur Patin, [a][1][2]

Les mots me manquent pour exprimer avec quelle assurance et quel témoignage de piété j’ai reçu vos lettres. Voilà tout ce qui m’obsède l’esprit. Mes talents propres me rendent tout à fait indigne de vous avoir inspiré un si grand souhait, quel que soit le haut prix que nous y attachons. [1] Tant que je vivrai, toutefois, jamais je ne manquerai d’honorer parfaitement mes devoirs sacrés, afin de faire scintiller quelque petite étincelle qui fera reluire ce soleil qui est le vôtre. L’ode aux deux Patin que mon inspiration a produite vous sera, j’espère, agréable ; ce d’autant qu’elle est née d’une affection sacrée, telle celle qui enflamme ordinairement et mutuellement ceux qui, étant unis par un lien épistolaire, vont faire provision d’eau aux mêmes ruisseaux, si je puis m’exprimer ainsi. Quand aura été publié ce livre des médailles de votre fils Charles, [3][4] quel qu’en soit le prix, faites [Neuhaus, Centuria vi, Epistola xxi, page 32 | LAT | IMG] en sorte, je vous prie, que je n’en ignore ni le titre ni le moment, de façon que je puisse l’obtenir par les Elsevier. [5] S’il se présente aussi de bonnes choses que j’aimerais avoir, prenez soin de me les faire parvenir par les mêmes imprimeurs ; comme le Quinte Curce qu’on a naguère et excellemment traduit en français, et que j’ajouterai volontiers à ma bibliothèque. [2][6][7] Cet auteur me charme de je ne sais quelle douceur, liée à la beauté de son style. Comme il m’est très familier en langue latine, je désirerais le lire également dans la vôtre que j’aime aussi beaucoup. Je m’arrête ici, très noble Monsieur, et c’est de bon cœur et à juste titre que j’offre, donne, consacre, adjuge tous mes services et toutes mes trouvailles à vos mérites et à ceux des vôtres. [3] Portez-vous bien.

D’Alkmaar, le 4 juillet 1662.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Reiner von Neuhaus, le 4 juillet 1662

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9075

(Consulté le 12.07.2020)