À Claude II Belin, le 6 mars 1650
Note [1]

« L’opiniâtreté de votre maladie m’épouvante » : Terret me hæc tua tam pertinax valetudo (Pline le Jeune, Lettres, livre vii, début de la lettre i à Restitutus).

Neveu de Pline l’Ancien, le naturaliste (v. note [5], lettre 64), Pline le Jeune (Caius Plinius Cæcilius Secundus, Côme 61 ou 62-vers 114) mena une carrière sénatoriale qu’il couronna par le gouvernement de Bithynie. Il a laissé dix livres de Lettres et un Panegyricus de l’empereur Trajan.

La note [46] du Borboniana 7 manuscrit (4e citation) donne un bel exemple de son admirable talent littéraire (et médical).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 6 mars 1650. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0220&cln=1

(Consulté le 29.09.2022)

Licence Creative Commons