À André Falconet, le 10 décembre 1658, note 1.
Note [1]

« premier médecin du roi ». André Falconet avait profité du passage de la cour à Lyon pour prendre l’avis d’Antoine Vallot sur une maladie de son épouse, ce qui provoquait la rage narquoise de Guy Patin, fort mal remis du succès de l’antimoine à Mardyck sur la personne du roi.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 décembre 1658, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0548&cln=1

(Consulté le 23/06/2024)

Licence Creative Commons