À André Falconet, le 1er octobre 1660
Note [1]

« parce que les règles [épimênia] sont venues ».

Guy Patin semblait avoir appris l’incident avec retard (Mlle de Montpensier, Mémoires, deuxième partie, chapitre iv, page 492) :

« La reine se trouva mal à Vincennes et accoucha. On ne sut si c’était un enfant ou une fausse grossesse. Comme elle était <grosse> de si peu de temps, les médecins dirent qu’il était difficile d’en juger, et de peur de fâcher le roi et la reine mère, ils n’ont eu garde de dire que ç’aurait été un <enfant>. Comme la reine était jeune et forte, elle garda peu de temps le lit ; cela retarda pourtant son entrée {a} qui devait être aussitôt après son arrivée. »


  1. À Paris, le 26 août.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 1er octobre 1660. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0640&cln=1

(Consulté le 29.09.2021)

Licence Creative Commons