À André Falconet, le 23 septembre 1661, note 1.
Note [1]

Cousin est à prendre ici dans son sens péjoratif de parasite : « écornifleurs de campagne qui, sous prétexte de parenté ou d’amitié, vont manger chez les gentilshommes du voisinage ; plusieurs sont obligés de vendre, de quitter leurs terres parce qu’ils sont mangés de cousins » (Furetière). Guy Patin détestait Nicolas Fouquet, qu’il tenait alors pour le prince des prévaricateurs du royaume, en digne disciple de Mazarin.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 23 septembre 1661, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0714&cln=1

(Consulté le 15/06/2024)

Licence Creative Commons