À André Falconet, le 24 juillet 1665
Note [1]

« En l’ancienne astronomie on a appelé premier mobile un ciel qu’on s’est imaginé être au-dessus de tous les autres, et qui les entraîne avec lui, qui leur communique un mouvement journalier de 24 heures. […] On appelle en ce sens figurément le premier mobile d’une affaire celui qui lui donne le branle et le mouvement. Ce dessein n’a pas été achevé parce que l’auteur, l’entrepreneur, qui en était le premier mobile, est mort. Il a un ennemi secret qui est le premier mobile du procés qu’on a intenté contre lui » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 24 juillet 1665. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0828&cln=1

(Consulté le 02.08.2021)

Licence Creative Commons