À un médecin anonyme, le 26 mai 1653
Note [1]

Pour désigner le cerveau, Guy Patin l’a ici appelé mentis arx [la citadelle de l’esprit], à l’instar de son modèle médical, Jean Fernel (Universa Medicina, livre i, début du chapitre ix, page 24, édition de 1586 ; v. note [1], lettre 36) :

Cerebrum humanæ mentis arx et domicilium, cogitationum rationisque sedes, motus omnisque sensus, fons et origo, corporis summam partem tenet, sursum spectans, cælo proximum.

[Le cerveau, citadelle et domicile de l’esprit humain, siège de la raison et des pensées, source et origine du mouvement et de tous les sens, occupe la plus haute partie du corps, à proximité du ciel, regardant en haut].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À un médecin anonyme, le 26 mai 1653. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1055&cln=1

(Consulté le 30.09.2022)

Licence Creative Commons