À Otto Sperling, le 27 juillet 1662
Note [1]

Il est hors de doute que Guy Patin a ici employé le verbe latin mentiri qui a le sens de mentir, de dissimuler ou déguiser la vérité. Cet aveu (ou cette feinte) de Guy Patin est troublant et impossible à interpréter sans avoir lu la lettre qu’Otto Sperling lui avait écrite.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Otto Sperling, le 27 juillet 1662. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1238&cln=1

(Consulté le 22.01.2020)

Licence Creative Commons