Annexe : Noël Falconet, 60 ans après
Note [1]

Système des fièvres et des crises, selon la doctrine d’Hippocrate, des fébrifuges, des vapeurs, de la goutte, de la peste, etc. Singularités importantes sur la petite vérole. De l’éducation des enfants. De l’abus de la bouillie. Par Noël Falconet [v. note [2], lettre 388], écuyer, élève de l’Académie de Paris, reçu dans celle de Montpellier, doyen du Collège des médecins de Lyon, médecin consultant de Sa Majesté (Paris, Antoine-Urbain Coustelier, 1723, in‑8o).

Louis xv (1710-1774) était monté sur le trône de France en septembre 1715, à la mort de son arrière-grand-père, Louis xiv. La régence de son oncle, Philippe d’Orléans, venait de prendre fin. Dans l’épître dédicatoire de son livre, Noël Falconet se présentait au roi comme :

« Le fils du premier médecin de Madame Royale Christine de France, {a} bisaïeule de Votre Majesté, n’a pas plutôt discontinué son exercice de Paris, qu’ayant l’honneur d’être attaché à son service, il a fait à Versailles toute son étude de ce qui pourrait conserver la Maison royale. »


  1. V. note [4], lettre 739, pour le court séjour d’André Falconet au chevet de Madame Royale, sœur de Louis xiii, et donc trisaïeule de Louis xv.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Noël Falconet, 60 ans après. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8014&cln=1

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons