Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron
Note [1]

Ceux qui, en dépit de ce rude éreintement, conservent quelque goût pour les Lettres de Guy Patin se consoleront peut-être en lisant l’avis du même Voltaire sur Blaise Pascal (dont la notice précède immédiatement celles des Patin) :

« fils du premier intendant qu’il y eut à Rouen, né en 1623, génie prématuré. Il voulut se servir de la supériorité de ce génie comme les rois de leur puissance ; il crut tout soumettre et tout abaisser par la force. Ce qui a le plus révolté certains lecteurs dans ses Pensées, c’est l’air despotique et méprisant dont il débute. Il ne fallait commencer que par avoir raison. Au reste, la langue et l’éloquence lui doivent beaucoup. Les ennemis de Pascal et d’Arnauld firent supprimer leurs éloges dans le livre des Hommes illustres de Perrault. {a} Sur quoi on cita ce passage de Tacite : Præfulgebant Cassius atque Brutus eo ipso quod effigies eorum non visebantur. » {b}


  1. Charles Perrault : Des Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel… (Paris, Antoine Dezaillier, 1696-1700, in‑fo).

  2. « Cassius et Brutus, dont les portraits n’apparaissaient pas, les effaçaient tous par leur absence même » (Annales, livre iii, chapitre 76).

Pierre Pic (page xlix) a commenté avec esprit l’avis du philosophe des Lumières sur les Patin :

« Peut-être était-il délicat pour Voltaire d’exprimer une autre opinion au moment où il entreprenait d’écrire, en homme qui voit de haut, l’histoire d’un siècle qui n’était pas le sien. Depuis Voltaire, le goût public a changé. Faute de trouver des historiens capables d’emboucher tous les jours la trompette, on se contente aujourd’hui {a} d’écouter le son du flageolet ; ce n’est pas une raison pour approuver Patin de n’avoir jamais joué que du sifflet. » {b}


  1. En 1911.

  2. V. note [1], lettre 818, pour la vraisemblable surdité musicale de Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8037&cln=1

(Consulté le 06.05.2021)

Licence Creative Commons