Annexe : Une mazarinade contre Théophraste Renaudot (1649)
Note [1]

Arracheur (Furetière) : « ne se dit guère que des charlatans qui se mêlent d’arracher les dents ; et on dit proverbialement “ Il est menteur comme un arracheur de dents. ” » Trévoux ajoute qu’ils arrachaient aussi les cors des pieds, et que :

« Les arracheurs de dents s’appellent entre eux opérateurs pour les dents, ou médecins pour la bouche ; mais personne ne leur donne des titres si honorables. Un arracheur de dents ne s’occupe pas seulement à arracher les dents, mais aussi à nettoyer et à buriner celles qui sont malpropres et cariées ; et même à en remettre d’autres en place de celles qu’on s’est fait arracher ou qui sont tombées d’elles-mêmes. Il a pour toutes ces diverses opérations plusieurs sortes d’instruments, qu’on nomme le déchaussoir, le burin, la feuille de sauge, la langue de serpent, la rugine aiguë, la rugine plate, le triangle, la sonde, etc. » {a}


  1. Le Musée virtuel de l’art dentaire donne commodément accès aux images de tous ces instruments et à leurs modes d’emploi.

V. note [64], lettre 166, pour le Pont-Neuf et ses activités foraines.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Une mazarinade contre Théophraste Renaudot (1649). Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8227&cln=1

(Consulté le 05.10.2022)

Licence Creative Commons