De André Falconet, le 14 août 1657
Note [1]

Bien qu’un peu tourmentée, cette phrase confirme qu’une scission s’était faite au sein du Collège de Lyon, pour et contre le trublion Bonaventure Basset : Henri Gras, désormais vice-doyen, lui avait confirmé son soutien (v. note [21], lettre de Charles Spon, le 10 juillet 1657), quand les autres (Guillemin, Spon, Falconet) persistaient dans leur opposition à sa réception. Il revenait à Guy Patin de prendre parti.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De André Falconet, le 14 août 1657. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9026&cln=1

(Consulté le 28.02.2021)

Licence Creative Commons