À Claude II Belin, le 28 mai 1635
Note [10]

Dans les périodes de menace et de troubles, le guet de Paris renforçait la garde des rues et des portes en faisant appel aux milices bourgeoises des 113 quartiers de la capitale. Ces compagnies ou régiments civils portaient le nom de colonelles ; elles étaient menées par le quartenier, assisté de ses cinquanteniers et dizainiers.

V. note [53] du Borboniana 4 manuscrit, pour le chevalier du guet, qui dirigeait la garde de Paris.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 28 mai 1635. Note 10

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0022&cln=10

(Consulté le 29.06.2022)

Licence Creative Commons