À Claude II Belin, le 15 mai 1641
Note [10]

« On appelle amende honorable une peine afflictive qui emporte note d’infamie, quand on est condamné d’aller nu en chemise, la torche au poing et la corde au cou, devant une église, ou dans un auditoire, demander pardon à Dieu, au roi et à la justice, de quelque méchante action » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 15 mai 1641. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0057&cln=10

(Consulté le 15.04.2021)

Licence Creative Commons