À Charles Spon, le 8 janvier 1649
Note [10]

« c’est Silène d’Alcibiade », allusion à la description de Socrate (v. note [4], lettre 500) par Alcibiade dans le Banquet de Platon : sous les apparences d’un rustaud aux yeux bovins, Socrate cachait une « grande âme, une âme sublime et véritablement philosophique » (Adage no 2201 d’Érasme, Sileni Alcibiadis, Les silènes d’Alcibiade).

Silène, nourricier de Bacchus (v. note [23], lettre 260), était fils de Mercure ou de Pan et d’une nymphe. On lui donne une tête chauve, des cornes, un gros nez retroussé, une petite taille, mais une corpulence charnue. On le représente tantôt assis sur un âne sur lequel il a bien de la peine à se soutenir, tantôt marchant appuyé sur un bâton ou sur un thyrse (javelot entouré de pampre et de lierre). On le reconnaît aisément à sa couronne de lierre, à la tasse qu’il tient, à son air joyeux et même un peu goguenard (Fr. Noël). Dire que Gassendi était le « Silène d’Alcibiade », c’était le comparer à Socrate, tout bonnement.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1649. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0164&cln=10

(Consulté le 16.09.2019)

Licence Creative Commons