À Charles Spon, le 24 avril 1657
Note [10]

« je l’ai lu, ai eu du mal à le comprendre et ne l’ai pas trouvé bon. » V. note [27], lettre 477, pour Bonaventure Basset, postulant que le Collège des médecins de Lyon avait refusé d’admettre, trouvant mauvais le commentaire qu’il avait fait de l’aphorisme d’Hippocrate qu’on lui avait soumis pour connaître sa capacité médicale. Je n’ai pas trouvé trace du livret que Basset en avait fait imprimer pour revendiquer ses qualités.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 avril 1657. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0478&cln=10

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons