À André Falconet, le 9 mars 1661
Note [10]

Mme de Motteville (Mémoires, page 505‑506) :

« Le roi était affligé de la mort de son ministre et avait beaucoup pleuré. La reine, sa mère, plus forte que lui et plus dégoûtée des créatures par la connaissance qu’elle avait de leurs imperfections, sentit moins de douleurs. […] La reine mère fut la première qui dit à ceux qui sans cesse faisaient revivre le discours de la mort du cardinal qu’il n’en fallait plus parler, qu’elle craignait que le roi n’en fût malade et qu’il fallait qu’il s’occupât à quelque chose de mieux qu’à des paroles inutiles. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 9 mars 1661. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0679&cln=10

(Consulté le 05.04.2020)

Licence Creative Commons