Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 20
Note [10]

Dans le vocabulaire paracelsiste, le colcotar était « le marc qui reste dans la cornue après la distillation du vitriol [v. note [13], lettre 336] ; on l’appelle aussi terre damnée, ou caput mortuum [tête de mort] » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 20. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8150&cln=10

(Consulté le 21.09.2020)

Licence Creative Commons