Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Triades du Borboniana manuscrit
Note [10]

Triade 8.

« Trois comédiens, dit-on, ont soudain et inopinément reconnu le Christ, à savoir Genesius, jouant devant Dioclétien, un certain Ardalio, qui était lui aussi acteur de théâtre, et enfin un nommé Porphyrius. Voyez les Attica bellaria de Jacobus Pontanus, page 409 de l’édition de Francfort. »

Ce propos est extrait de l’anthologie latine intitulée :

Jacobi Pontani Soc. Jesu Attica Bellaria, sive Litteratorum secundæ Mensæ ad animos ex contentione et lassitudine Studiorum Lectiunculis exquisitis, jucundis ac honestis relaxandos ac Syntagmatum omnium et ante hac tribus partibus editorum Libri très. Nunc alio charactere compendiosius unico Volumine comprehensi, ac Indice generali ornati, aucti, et a multis erroribus et mendis purgati evulgantur.

[Les Friandises attiques de Jacobus Pontanus, {a} de la Compagnie de Jésus, ou trois Livres des littérateurs de second rang, pour détendre les esprits des efforts et de la fatigue des études, par un choix de petites lectures, agréables et honnêtes ; avec, au début, la liste de tous les traités publiés dans ces trois parties. Les voici maintenant publiés en un seul volume, grâce à l’emploi de caractères plus compacts, et aussi augmentés, purgés de nombreuses erreurs et fautes, et enrichis d’un index général]. {b}

Il se lit à la page 409 de la seconde partie, à la fin du Syntagma primum [premier Traité], Historiæ [Histoires], chapitre lvii, De tribus histrionibus, Christum repente, et insperato confessis [De trois comédiens qui ont soudain et inopinément reconnu le Christ] :

Genesius Romæ cum in theatro præsente, et spectante Diocletiano Christianorum mysteriis illuderet, subito cælesti quondam lumine animum perfusus, baptismum haud simulate, ut videbatur, sed plane serio suscepit ; cæteraque omnia mente, et spiritu Christiano dixit, egitque, obstupescente populo, cum præsertim inter crudelissima tormenta vocem illam generosissimam ederet. Non est rex præter Christum : pro quo si millies occidat, ipsum mihi de ore, ipsum mihi de corde auferre non poteritis. Surius Tomo 4. Talis apud Græcos extitit Ardalio, homo item Scenicus ; qui similiter quam sermone, et actione irridebat religionem, inopinato a Deo afflatus, et penitus immutatus, inter cruciamenta eam pro vera, et sancta profiteri usque mortem non destitit. Menæa in Aprili. Talis quoque ex theatrali irrisore Martyr evasit Prophyrius, de quo Menæa in Septembri.

[Un jour qu’au théâtre, à Rome, Dioclétien {c} étant présent parmi les spectateurs, Genesius brocardait les mystères des chrétiens, une lumière céleste lui inonda soudain l’esprit ; puis, sans fard ni faux-semblant, mais avec le plus grand sérieux, il se fit baptiser ; et il dit et accomplit tout ce qu’il fallait d’autre, dans une inspiration et dans un esprit chrétien, à la stupéfaction du peuple, surtout quand, soumis aux plus cruels tourments, il prononça ces paroles de la plus extrême noblesse : « Il n’y a pas de roi autre que le Christ. Si pour cette raison, je suis tué mille fois, vous n’aurez pu l’arracher de ma bouche ni de mon cœur » (Surius, tome 4). {d} Tel fut aussi, chez les Grecs, Ardalion, autre acteur de théâtre : il déclamait et jouait en se moquant pareillement de la religion, quand il fut subitement possédé par Dieu et profondément bouleversé, et il ne cessa plus, en dépit des tortures, de la proclamer véritable et sacrée jusqu’à sa mort. {e} Tel encore Porphyrius Martyr, qui abandonna le métier d’acteur comique (Menæa, septembre)]. {f}


  1. Jakob Spanmüller, v. note [17], lettre latine 7.

  2. Francfort, Antonius Hummius, 1644, in‑8o de 1 007 pages.

  3. Empereur qui a régné sur Rome de 284 à 305 (v. note [30], lettre 345).

  4. Laurentius Surius (Lorenz Sauer, 1522-1578), moine chartreux allemand, a compilé un épais recueil de Vitæ sanctorum [Vies des saints] en huit tomes, plusieurs fois réédité.

    Genesius (Genès ou Genest) de Rome, mime et martyr chrétien, est un saint fêté le 25 août.

  5. Les Menæa sont un recueil d’hagiographies grecques byzantines manuscrites (Πινακες, Pinakes, « Planchettes ») classées suivant les mois de l’année.

    Le saint chrétien Ardalion, dit le Mime, connut le martyre sous le règne de l’empereur Galère (305-311).

  6. Le saint chrétien Porphyrius l’Acteur mourut martyr sous le règne de Julien l’Apostat (361-363, v. note [15], lettre 300).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Triades du Borboniana manuscrit. Note 10

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8212&cln=10

(Consulté le 08.08.2022)

Licence Creative Commons