À Charles Spon, le 29 avril 1644
Note [11]

« suivant le passage exact d’où je me souviendrai l’avoir tiré ».

Patin s’échinait alors à retrouver toutes les sources (« les preuves ») où il avait puisé pour la rédiger sa quodlibétaire de 1643. On en a lu plusieurs exemples dans sa lettre à Charles Spon, datée du 18 janvier 1644. Une thèse de Guy Patin, « L’homme n’est que maladie », en donne le texte intégral et la traduction commentée recensant toutes celles que j’y ai trouvées.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 avril 1644. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0104&cln=11

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons