À André Falconet, le 4 février 1650
Note [11]

« Le beau savoir n’a plus d’espérance et de raison d’être qu’en cette princesse ; elle seule en effet, dans le siècle où nous sommes, a prêté intérêt aux Camènes affligées » ; adaptation à la reine de Suède des vers de Juvénal (Satire vii, vers 1‑3) :

Et spes et ratio studiorum in Cæsare tantum.
Solus enim tristes hac tempestate Camenas
 {a}
respexit
.


  1. Camenæ, les Camènes, assimilées aux Muses.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 février 1650. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0217&cln=11

(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons