À Charles Spon, le 23 mai 1653
Note [11]

François de Barancy (v. notes [3], lettre 211, et [50], lettre 216) avait pris le parti de Pierre Gassendi dans sa querelle avec Jean-Baptiste Morin ; mais Guy Patin se trompait en attribuant à Barancy la Favila ridiculi muris de Bernier (v. note [10], lettre 315). Il est vrai qu’il y a amplement de quoi se perdre dans la foison de libelles que cette affaire a nourrie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 23 mai 1653. Note 11

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0315&cln=11

(Consulté le 04.12.2022)

Licence Creative Commons