À Charles Spon, le 30 août 1655
Note [11]

En 1649, lors de l’avènement de Jean ii Casimir au trône de Pologne, succédant à son frère Ladislas iv, les Cosaques étaient maîtres de Kiev et de l’Ukraine. Les émissaires de Bogdan Chmielnicki, hetman des Cosaques d’Ukraine, parcoururent la Pologne, incitant les masses paysannes à la révolte. Leurs succès partiels provoquèrent à la Diète des mouvements confus.

En 1652, le député d’Upita, Sicinski, à l’incitation du prince Janus Radziwill, hetman de Lituanie (1612-1655), fit pour la première fois usage du libertum veto, droit découlant du principe de l’égalité absolue de tous les nobles et de son corollaire, celui de l’unanimité pour toutes les décisions de la Diète, qui se trouvait donc « rompue » sur l’injonction d’un seul de ses membres. En 1654, les Cosaques s’étaient placés sous la protection du tsar Alexis qui en profita pour engager la guerre de Treize ans (v. note [7], lettre 374) en occupant Smolensk et Wilno. En juillet 1655, les Suédois avaient envahi par surprise la république polonaise. Ils l’occupaient tout entière sauf Dantzig et la région de Leopol : c’était ce qu’on appela le Déluge. Le roi Jean ii Casimir se réfugia en Silésie, tandis que Charles x Gustave de Suède s’apprêtait à ceindre une deuxième couronne. En novembre, ce qui restait de l’armée polonaise se rallia à lui (R. et S. Pillorget).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 30 août 1655. Note 11

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0413&cln=11

(Consulté le 01.10.2022)

Licence Creative Commons