À Hugues de Salins, le 3 mars 1656
Note [11]

« Si dans l’hydropisie avec ascite l’ombilic enfle à l’excès, on pourra le percer avec une aiguille ; sinon il faudra ponctionner l’abdomen ».

La ponction d’ascite se pratique encore de nos jours, toujours en piquant l’abdomen à gauche de l’ombilic. Jacques Houiller a proposé un autre recours :

« C’est une chose merveilleuse que ce qui ensuit : une couleuvre de rivière pendue par la queue avec une cordelette dessus un vaisseau plein d’eau dedans lequel elle puisse ouvrir la gueule, après quelque espace de temps vomit et jette une pierre, laquelle reçue dedans ledit vase, boit et consume toute l’eau ; icelle pierre liée au ventre des hydropiques les délivre de leurs eaux » (Trois livres de la matière de chirurgie, par Jacques Houllier Estempain [d’Étampes], médecin à Paris ; translatés de latin en français par un homme savant et expert en ladite matière, Paris, Chrétien Wechel, 1544, livre i, chapitre iii, Des Résolutifs, page 62).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 3 mars 1656. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0436&cln=11

(Consulté le 19.01.2020)

Licence Creative Commons