À André Falconet, le 30 mai 1664
Note [11]

« car les traces qu’il laisse m’épouvantent » ; Horace (Épîtres, livre i, lettre 1, vers 74‑75, paroles du renard rusé au lion malade) :

Quia me vestigia terrent,
omnia te adversum spectantia, nulla retrorsum
.

[Parce que ces traces me font peur, toutes allant vers toi et aucune ne revenant].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 30 mai 1664. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0782&cln=11

(Consulté le 18.05.2021)

Licence Creative Commons