À Claude II Belin, mars-avril 1641
Note [12]

« des charbons pour un trésor, des ténèbres pour la lumière, un poison pour un remède. » Guy Patin se désolait encore (et pour longtemps) de l’inscription du vin émétique d’antimoine parmi les médicaments que la Faculté approuvait officiellement dans son Codex, imprimé en 1638 (v. note [8], lettre 44).

Jospeh Scaliger (Ép. fr., xvi, à Claude Dupuy, 12 février 1577) :

« J’ai reçu l’Alcoran en italien. Mais ç’a été ανθρακες θησαυρος, {a} car il est tourné non pas de l’arabe, mais du latin tout mot à mot, et celui qui l’a tourné en latin, qui fut du temps de saint Bernard au concile de Tolède, ne l’entendait guère mieux que moi. »


  1. « des charbons pour un trésor » ; Thesaurus carbones erant en latin, adage commenté par Érasme (no 830) pour dire la déception des naïfs qui s’attendent à des merveilles.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, mars-avril 1641. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0054&cln=12

(Consulté le 23.11.2019)

Licence Creative Commons