À André Falconet, le 2 décembre 1650
Note [12]

« pour gagner un prosélyte ». L’expression (dont Guy Patin expliquait ensuite le sens qu’il y mettait) vient des Évangiles (Matthieu, 23:15, première malédiction de Jésus aux scribes et aux Pharisiens) :

Væ vobis scribæ et Pharisæi hypocritæ quia circuitis mare et aridam ut faciatis unum proselytum et cum fuerit factus facitis eum filium gehennæ duplo quam vos.

[Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui parcourez mers et continents pour gagner un prosélyte, {a} et quand vous l’avez gagné, vous le rendez digne de la géhenne {b} deux fois plus que vous].


  1. Pour convertir un païen au judaïsme.

  2. V. note [11], lettre 285.

V. note [26], lettre 248, pour la venue de François Guénault au chevet de Mme la princesse de Condé, la mère.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 2 décembre 1650. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0251&cln=12

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons